• Amazones

    C'est dingue, cette angoisse de la page blanche qui m'étreint. J'ai plus envie de rien raconter. J'en arriverais même à avoir envie de raconter mes histoires d'enfances et pourquoi je porte sur le bras quelques très légères cicatrices, traces de coupures plus marquées pratiquées au tessons de verre. Mais bon, ça serait presque indécent (dé vingt ? Humour de rôliste) Et je ne suis pas sure que cela intéresserait grand monde...

    Il se passe pas grand chose dans ma vie. Enfin, pas grand chose de nouveau. J'ai pas eut de réponse aux lettres envoyées même lorsque j'avais téléphoné auparavent. J'ai bien eut la confirmation du centre des concours de la FPT qu'ils avaient reçut mon dossier dans les temps, une bonne chose de faite. Aucune nouvelle par contre de la commission d'assimilation des diplômes. Ouais, en France on ne statue pas sur les équivalences entre votre diplôme et un diplôme français, on assimile votre diplôme direct...  J'ai mis quelques temps à comprendre qu'il s'agissait d'assimiler mon diplôme, parce que le nom de l'instance, c'est "Commission d'assimilation"  J'en rit encore.

    Quoi de neuf sinon ? On me propose du Viagra à tire l'arigot. Je sais pas qui leur a dit que je n'avais pas d'errection stable et satisfaisante ni que mon pénis avait besoin d'être enlarge...  Il aurait peut-être du mentionner un certain détail chromosomique (et anatomique également) qui fait le leurs efforts commerciaux sont promis à un échec cuisant.

    Journée de la Femme il y a peu, l'occasion d'entendre dire encore et toujours que "Ah non, ces féministes bouffeuses d'hommes, elles font chier, moi je n'adhère pas du tout, et je vois pas de quoi on se plaindrait ! Marre de ces gonzesses qui se croient supérieurs aux hommes !"  Ce genre de commentaires m'auraient fait hurler il y a quelques années. Maintenant je me contente d'en contempler la profonde ineptie en méditant sur la persistance de certains mythe.

    Et j'en arrive au titre de mon article.

    Les Amazones, tout le monde les connait, ce sont ces femmes farouches qui tuaient leurs enfants mâles. Les représentations ancienne les présente vétues à l'orientale, avec des pantalons et des bonets phrygiens. Excellentes archères et cavalières, elle se sont prises quelques monumentales raclées face aux grecs, mais ça c'est juste parce que de tout les peuples de la Méditerranée, les Grecs sont les plus civilisés, les plus beaux, les plus forts. 
    La légende place leur pays sur les bords de la mer Noire, là où plus tard - mais de toute façon, toute époque se situe après les temps légendaires - là où plus tard vivront des peuples nomades, excellent cavaliers, aimant l'or, excellent archers aussi. Ils ont laissé leur trace dans le paysage : les colines qui crèvent l'horizon immensément plat ce sont leur tombes. Et en étudiant le contenu de l'une d'elle, on c'est apperçut que l'homme qualifié de guerrier n'en était pas un. Enfin, c'était bien un guerrier cavalier, il en avait tout l'équipement et aussi les marques d'une longues pratique de la cavalerie imprimées dans ses os. C'était juste une femme. En examinant plus attentivement le sexe des corps retrouvés, on a constaté ainsi qu'une proportion non négligeable de "guerriers" étaient en fait des "guerrieres" Aucune trace de la mutilation du sein ni de massacre de mâle. Mais pour un grec de l'époque d'Hérodote, il était tellement inconcevable qu'une femme puisse être autre chose qu'une matrone filant la laine cloitrée au gynécée qu'il en a fait des vierges de la catégorie "farouche" protégeant leur pucelage de la façon la plus radicale qu'il soit... 

    On a longtemps rêvé aux Amazones et lorsque le mythe rentre dans l'histoire il en semble presque fade. Il restera toujours les amazones du royaume de Dahomey, la garde d'élite du roi entierrement constituée de femmes...  Enfin.

    Aujourd'hui encore, on fantasme sur l'Amazone : la femme battante qui ne veut pas de mec, qui les méprise, la féministes arracheuse de couilles...  Celle qui croit que le mec est forcément inférieur, cf. plus haut. On en entend beaucoup parler, on ne l'entend quasi jamais parler. Dans les revendications féministes d'aujourd'hui comme d'hier, de quoi parlait-on ? De partage des pouvoirs et d'égalité des droits. Que ce soit le droit de vote ou la possibilité de devenir pdg d'une multinationnale sans avoir à prouver que non, on est pas passée sous le bureau pour cela.  Le droit tout simple de ne pas avoir à se faire insulter ou de redouter qu'on se charge de vous corriger lorsque vous vous balader tard dans la rue ou simplement que vous sortez de chez vous. Il n'est pas question de restreindre les libertés de l'homme, mais de faire que ses droits s'étendent aussi à sa compagne, en intégralité.

    Si les féministes détestaient les hommes et ce qu'il représentent, je crois qu'on aurait trouvé un équivalent local du burqa pour empécher les hommes de venir nous pourrir l'existence par la vue de leurs molets velu, de leurs lèvres hérissées de poils mal rasé, et du fumet délicat de leurs aisselles...  Oui, c'est pas un portrait très plaisant, oui votre mec ne ressemble pas à cela, le mien non plus...  Ou alors il se soigne. Mais bon, quand on veut diaboliser une créature vile et perverse, on commence pas à lui trouver des excuses. 
    Au passage, on interdira la masturbation, parce que cette holocauste de petits spermato, c'est ignoble ! (cf dernier discours du Pape où il a comparé le mariage gay à une marque laissée par Satan sur la moquette, faudrait lui apprendre à utiliser le paillason, et le recours à l'avortement à l'holocauste. Oui, celui de 40-45.)

    Quand à dire que la situation actuelle est idyllique, j'en suis ravie pour celle qui a cette impression, je ne suis pas certaines que toutes peuvent affirmer avec satisfaction la même chose, même en notre joli pays. 
    Bien sur, on peut toujours affirmer que les problèmes apparaissent dans les populations d'origine émigrée, parfois même pas naturalisés, qui refusent obstinément de comprendre qu'on n'a pas le droit de fliquer sa soeur et de lui demander des comptes sur ses moindres fréquentations, ou que l'excision des petites filles est non seulement mutilante et dangereuse pour la santé, mais aussi interdite.  Mais il n'y a pas que dans ces groupes que des femmes trinquent. Et je ne pense pas que le flic hésitant à prendre la déposition de la femme venue se plaindre d'une tentative de viol conjugal soit un cas extremmement rare...  Le fait est que si les femmes ont des droits égaux à ceux des hommes, ceux-ci ne sont pas encore respectés d'une façon très suivie.

    Je voudrais que cela change. Pour toutes et partout dans le monde. Je ne veux pas que mon ami perde ses libertés.

    Finalement, j'en avait des choses à dire.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Mars 2005 à 11:00
    Oui
    Et tu les dis toujours fort bien. Bises.
    2
    Lledelwin Profil de Lledelwin
    Jeudi 10 Mars 2005 à 11:24
    ^^
    Vais fureter dans les info qu'on avait trouvé du temps des menaces de proces, je pense que ça pourrait t'interresser
    3
    Jeudi 10 Mars 2005 à 11:25
    C'est gentil
    Vraiment.
    4
    Tschok
    Jeudi 10 Mars 2005 à 14:01
    C'est bien de dire
    une chose pareille comme ça.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :