• Justification odieuse des tortures à la prison d'Abou Grahib :

    "Quand y a de la gégène, y a pas de plaisir !"

    .

    Chuis en forme, moi. C'est le festival du calembour douteux


    6 commentaires
  • Bon, un peu d'humour affreux, pour ceux qui aiment. 

    En cette période de fête, ayons une pensée pour la Tailande, qui peine à remettre son économie à flot.


    24 commentaires
  • Un lien, juste un lien. Parce qu'il n'est pas normal qu'un partis fascisant qui menancent les libertés civiles et l'intégrité de mon pays soit payer avec l'argent des gens dont ils menacent l'intégrité :


    votre commentaire
  • Le renne russe court toujours !  Il a failli se faire attraper, mais il c'est échapé, le doux parfum de la liberté étant plus enivrant que le placide foin de sa cage... 

    Désormais, au bois de boulogne, il y ades reines de la nuits et un renne dans la nuit. 


    2 commentaires
  • "Deux avions d'Air France immobilisés à l'écart des autres appareils, à New York et à Los Angeles, pour un examen méthodique du contenu de leur soute à bagages, c'était l'image insolite qu'on découvrait dimanche soir 5 décembre dans le journal télévisé de France 2.<script language="javascript"></script> La même scène avait lieu partout dans le monde pour les avions venant de Paris. La cause de cette fouille planétaire est à la fois étrange et comique. Deux gendarmes français ont placé eux-mêmes au cours du week-end une barre d'explosif dans la valise d'un passager en partance de Roissy. (...)

    Les deux gendarmes voulaient s'assurer que les chiens renifleurs, chargés de détecter la présence d'explosif dans les bagages, faisaient bien leur travail. Ils avaient donc mis, comme cela se fait apparemment d'habitude, un petit pain de plastic dans une valise prise au hasard

    Un premier chien, en découvrant l'explosif, s'acquittait admirablement de sa tâche. On ne saurait en dire autant de leurs maîtres qui, après avoir félicité l'animal, allaient en chercher un autre afin de vérifier qu'il avait autant de flair que le précédent et laissaient pendant ce temps la valise sans surveillance. Un bagagiste qui passait la remettait dûment sur le tapis roulant. Elle poursuivait donc, à peine un peu plus lourde, son petit bonhomme de chemin de valise explosive.

    (...) On félicite chaudement la brigade cynophile de l'aéroport Charles-de-Gaulle pour ce remarquable exploit: avoir réussi à placer une charge d'explosif dans un avion au départ. En attendant, si vous voyez, quelque part dans le vaste monde, une petite valise bleue à roulettes, appelez les gendarmes de Roissy. Elle contient un objet qui leur appartient."

    Le Monde.fr 


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique