• Marin Marais - La réveuse. 

    Pourquoi la musique ? Que nous apporte cet art ?  Un moment de transport, un oubli fugitif, un souvenir aigu d'autre chose d'inconnu ? 

    Comment cette alchimie surhumaine se produit-elle, qui fait qu'un assemblage de sons nous transporte, nous transfigure ?

    J'écoute en un lieu subconscient s'égréner les notes que je ne puis imiter vocalement. 
    Mes nerfs sont alors les cordes où l'imense archet de la Mélancolie 
    tisse lentement les aria et les arpèges d'une sombre mélodie. 

    Pourquoi ces larmes qui jaillissent spontanément ?


    votre commentaire
  • "Tu veux pas voir ton nouveau jouet ?  (me tend la nouvelle carte sim, pour mon GSM, qui remplacera mon n° belge quand je serais en France, petit cadeau tout gentil...) Alors, tu remarque, comme j'étais pas encore très sur de m'engager, j'ai pas pris un forfais 12 mois...  ça va se retrouver sur ton blogg, c'est ça ?"

    Effectivement, chéri, ça s'y retrouve déjà...

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------
    EDIT
    ----------------------------------------------------------------------------------------------------

    Un peu plus tard :

    "Et quand nous serons installé définitivement, je t'offrirais un forfais 12 mois, c'est l'équivalent local du mariage..."

    Eclat de rire de la copine présente ce soir là, air innocent du chéri, air très perplexe de moi... 


    4 commentaires
  • Hier, discution intime avec mon ami.  J'ai dit intime, pas coquine.  On est un niveau de sérieux au-dessus de la discution érotique, et quand le sérieux touche aux affaires de sexe, ça devient très vite sujet d'embarrassement ou de non-dits péniblement révélés.  D'un autre coté, ça semble de saison sur bloggland, alors je ne crains pas trop de casser l'ambiance. 

    Ce qui me rappelle un tout vieux souvenir : ma "première fois", toute jeunette, avec un garçon de deux ans de plus que moi, aussi nerveux que moi de bien faire. Plus beaucoup de désir, entièrement bouffé par la curiosité et la nervosité. 

    On dit souvent que la première fois risque d'être décevante, qu'elle fait rarement grimper aux rideaux, etc.  On oublie souvent de préciser que la seconde aussi risque de ne pas vous propulser par delà le 7ème ciel...


    5 commentaires
  • Je rentre en titubant, il est trois heure du matin bientot, cela fait une semaine que cela dure...  Pas de lune, il fait froid. 

    Je suis assise dans ma chambre, toute lumières allumées, et pourtant il fait sombre.  Les escaliers craquent, la maison dort, sauf moi.  Et mon PC. 

    Je suis brisée de fatigue, mais ne dormirais pas avant une heure.  Comme chaque nuit depuis une semaine. 

    Etrange anorexie du sommeil : la fatigue devient un plaisir, la privation une présence qui empli les journées... 

    Repousser l'instant du coucher, n'est-ce pas repousser l'instant où il faudra bien accepter la possibilité d'une nouvelle journée demain ? 

    (et puis j'ai pas mon doudou en chair, taille humaine, à serrer dans mes bras quand je m'endors !)


    votre commentaire
  • Cinq ans, que cela passe vite.  Déjà cinq année, et pourtant, la plaie reste vive, même si le souvenir s'estompe quelque peu sous les scories déposées par le temps et d'autres événements.  Parfois, un événement, un son particulier, une odeur d'eau de cologne, un éternuement me font venir les larmes aux yeux et le souvenir jaillis comme s'il datait d'hier, mettant en lumière l'absence d'une façon infiniement cruelle.  Et on ne s'habitue jamais tout à fait. 

    Déjà cinq ans, mon dieu, que cela passe vite et lentement en même temps.  J'aurais pu croire que cela faisait bien plus longtemps, s'il n'y avait cette date butoir, cette échéance désormais à très court terme... 

    Tu me manque, bon-papa, et je n'ai plus beaucoup de temps pour aller te le dire, même si ta pierre tombale ne risque pas de me répondre.  Tu me manque.

    La mort est peut-être éternelle (à condition de ne pas s'inquiéter de la résurection de la chair, qui verra la population mondiale exploser) mais pas les concessions.  Encore moins dans un cimmetière urbain. 


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique